BLACK FRIDAY RUTABAGO



« Et donc, c’est le seul moment où vous me vendez vos produits au prix juste ? Vous me prenez pour un pigeon le reste de l’année ? » 
Stéphanie 35ans Paris

 

Impossible de ne pas entendre parler du Black Friday, même pour les malentendants, les malvoyants et les marginaux. Nous sommes envahis un mois avant ce fameux Vendredi noir par les publicités intempestives en proposant des rabais en tout genre, promotions, réductions, ristournes, prix cassés et autres remises tout azimut !

Mais quel impact a vraiment le black Friday en ce mois de l’économie sociale et solidaire ainsi que la semaine de la réduction des déchets ? Cf : http://lemois-ess.org

  • Idée reçue Number One : «On va tous faire de superbes énormissimes économies !» Seulement 2% de rabais est réalisé le jour du black Friday ! Joli manne, n’est-ce pas ?!
  • La genèse : Black Friday désigne le lendemain du repas du jeudi de Thanksgiving (jour le plus important aux USA, devant Noël), avec ses kilomètres parcourus pour se retrouver en famille autour d’une dinde farcie, lors d’un week-end de 4 jours. Le terme « Black Friday » désignant par conséquent aussi les bouchons sur les routes. Et dans la même idée, les policiers parlaient ainsi de leurs heures supplémentaires pour ce week-end de festivités. Puis dans les années 1960, le terme désignait l’achalandage piétonnier et automobile lors du début des emplettes de Noël. Sympa la pollution !
  • Proverbe siphonné: Noël au balcon, Thanksgiving sur le parking – Des acheteurs très motivés aux USA décident de passer leur Thanksgiving sur le parking des centres commerciaux pour avoir la possibilité, mais pas la garantie, de rentrer chez soi avec la dernière Wii tant convoitée à -30% de réduc’ !
  • Faits divers : Vous risquez votre peau ! Attention à vous, on peut même mourir pour un sac à main soldée ! Un employé d’un magasin a été piétiné à mort en ouvrant les grilles de la boutique. Coups de feu échangés sur les parkings, et autres aspersions de gaz poivré nous démontre comment le black Friday et la consommation à outrance fait ressortir ce qu’il y a de plus sordide dans l’être humain.
  • Les singes de la sagesse : Avec la surconsommation de produit technologique, il est frappant que l’opinion soit à ce point si anesthésiée, d’ordinaire si vigilante lorsqu’il s’agit d’alimentation, de cosmétiques, ou d’énergie. Deux petits exemples :
- L’industrie textile - seconde source de dépense du black Friday - est également seconde industrie la plus pollueuse du monde juste derrière le secteur pétrolier (pollution chimique issue des usines, pesticides dans les champs de coton, usage intensif de l’eau). 

- Et la téléphonie mobile dans tout cela ? Triple combo ! 

>> Politiquement correcte : Nos chères « greffes-téléphoniques » pour toujours plus de mobilité, sont fabriquées à partir des minerais originaires de zones de conflits en Afrique.

>> Longue vie à son âme : Nous en voulons toujours +++, c’est pourquoi les industriels programment l’obsolescence de leurs appareils afin de pouvoir racheter le dernier modèle qui va gagner 0,005 pixels sur la prise de photo. Il est évidemment impossible de réparer les pannes, afin de produire toujours plus de déchets !

>> Le mythe du recyclage : Ces e-dechets, devraient atteindre 50 millions de tonnes cette année. Pas de soucis chez nous, nous les expédions joyeusement dans les pays du sud ! Non pas pour les recycler, mais pour les mettre simplement sous un tapis de terre ! L’ensemble de nos processions peut remplir chaque mètre carré de la Terre avec 50kg dessus. 



Et c’est sans doute là l’aspect le plus sombre du Black Friday.



Chez Rutabago, on applique un prix constant tout au long de l’année pour offrir un accès au bio, avec des produits de qualité et sains. On rémunére nos producteurs au prix le plus juste sans pour autant arracher le porte-monnaie de nos abonnés.

On se devait de contrer cette tendance pour sensibiliser au fait qu’il y ait une alternative à la surconsommation en prônant l’anti-gaspillage.

On renouvelle pour la seconde année consécutive notre campagne de sensibilisation avec l’opération Fair Friday !
Cette année nous allons plus loin en offrant un panier prêt-à-cuisiner à l’épicerie solidaire de l’Association Aurore, à chaque vente de nos clients pendant le week-end.

 

C’est quoi une épicerie solidaire ?

C’est un commerce de proximité qui permet à un public en difficulté socio-économique de réaliser ses courses et de choisir les produits qu’il souhaite consommer et acheter en gardant sa dignité puisqu’ils paient 10 à 20% du prix. C’est une sorte de réinsertion, et non un assistanat.

Chez Rutabago, on donne chaque semaine 5% de nos paniers à des épiceries solidaires tout au long de l’année : Aurore, La Chorba, La courte Echelle,...

Pour cette opération on a choisi l’association Aurore, et son épicerie solidaire à Montreuil (93), qui nous tient à cœur pour son engagement et son accompagnement vers l’autonomie de plus de 37000 personnes par an, en situation de précarité ou d’exclusion, et ce depuis 1875.

Cette alliance entre Rutabago et l’association « Aurore » est un premier pas pour rendre l’alimentation bio accessible en offrant à des personnes en difficulté socio-économique des paniers prêts-à-cuisiner avec des repas bio, sains et équilibrés. 

 

Allez plus loin en lançant le mouvement #FairFriday …


La riposte des Fair Friday Friends s'organise !

Plus on est de fous, plus on bouge les choses !
Nous avons convaincu d’autres acteurs qui partagent les mêmes valeurs que nous, de nous rejoindre. Cette année vous pouvez retrouver cette action chez :
- Jubiles avec ses Kombucha & Jus bio locaux et solidaire : www.jubiles.bio
- Jungle Crisps qui agit contre la déforestation et réveille le rayon chips avec des produits surprenants, colorés et surtout moins gras et plus sains : www.jungle-crisps.com
- Jimini’s qui fait rentrer dans notre alimentation les insectes qui ont le pouvoir de réduire considérablement l’impact environnemental de notre alimentation : www.jiminis.com