En attendant (avec impatience) le retour de la pleine saison de la tomate, chez Rutabago, nous cherchons toujours à vous trouver des produits de qualité : Pour cela, nous vous emmenons aujourd’hui dans la région la plus ensoleillée de France, en Provence, découvrir l’histoire centenaire de la conserverie Louis Martin, une entreprise familiale qui a fait face à la fuite de la tomate plein champ vers l’étranger…

 

 

Le déficit alarmant des tomates plein champ françaises…

Le constat catastrophique de la délocalisation

Alors que nous consommons quotidiennement des produits dérivés de la tomate (sauces, coulis, bolognaises, ketchup…), des constats alarmants ont été faits : Les produits origine France disparaissaient de plus en plus du marché ces dernières années, au point que trouver un ketchup bio français relevait de l’impossible. Les tomates plein champ, – tomates de saison, cultivées en terre et hors serres, destinées à la production de produits dérivés –, avaient quasiment disparues de France. En cause, une délocalisation massive vers Italie, pour une réduction des coûts, mais également pour palier au problème du mildiou, une maladie qui attaque les plants de tomates et qui se développe dans les cultures pas assez sèches.

Résultat, en 2001, on constate une désertification de la production en France. Notre territoire ne comptait, plus qu’une grosse dizaine de producteurs de tomates à destination de la transformation en bio ! Impensable, alors que ce légume, extrêmement travaillé dans la gastronomie française, puisse connaitre un tel déficit… Heureusement, des acteurs agricoles engagés, comme nos amis de Biocoop, ont su tirer la sonnette d’alarme !

« Biocoop devait jouer son rôle d’acteur engagé pour relocaliser la bio française. Il était donc évident qu’on se mobilise aux côtés de l’entreprise Louis Martin pour faire émerger un produit d’envergure » – Mathieu GABORIT, responsable filière chez Biocoop.

Biocoop voit rouge et s’engage dans la relocalisation

En 2015, Biocoop se fait contacter par la conserverie Louis Martin, qui met, depuis plus de 100 ans, la tomate française au cœur de son offre. Touchée de plein fouet par une concurrence étrangère de plus en plus accrue, notamment dans le bio, cette PME familiale décide faire bouger les lignes. Le coup d’alerte est lancé et le leader du bio adhère directement à la proposition de la conserverie. Grâce à ce nouveau binôme, une production française en masse peut être relancée et offrir aux consommateurs un produit français de qualité. De ce partenariat, en 2017, en moins de deux ans, émerge quatre produits : Une chair de tomate, une chair de tomates au basilic, un concentré et un coulis de tomates.

Ce projet de relocalisation ambitieux porte rapidement ses fruits : en juillet 2017, 10% des tomates plein champ récoltées sont bios et françaises. L’action connait une croissance fulgurante, puisqu’aujourd’hui, deux ans plus tard, ce chiffre a atteint les 50%. Ce n'est ni du hors-sol, ni du sous-serre et aujourd'hui, nous pouvons être fiers de retrouver des tomates plein champ françaises de qualité, et ça chez Rutabago, on adore ! Autre résultat exemplaire : aujourd'hui des jeunes décident de se lancer en bio, car le marché relancé en permet le bon développement.

 « Bien qu’il est compliqué de nos jours de louer des terres pour cultiver local, certains jeunes font quand même le choix de se lancer. Nous sommes très fiers qu'un jeune producteur de 30 ans, Pierre Gérin, alloue 3 hectares de son exploitation pour produire des tomates plein champ bios cette année. Il s’agit pour nous d’une immense satisfaction. » – M. Jean ARNAUD, directeur commercial chez Louis Martin.



La conserverie Louis Martin, un héritage familial.

Une entreprise qui n’est pas née hier

L’histoire de la conserverie demande un petit retour dans le temps, puisque M. Louis Martin a l’idée d’édifier son projet au début du XXème siècle, et fonde sa conserverie en 1918, en mettant la tomate au cœur de sa production. Sous le soleil radieux de la Provence, à Monteux dans le Vaucluse, depuis plus de 100 ans, son commerce tourne à plein régime et nous propose une belle gamme de produits dérivés de la tomate 100% bio et 100% français ! Depuis 1998, M. Claude Soulager petit fils de M. Louis Martin, qui a repris les rênes de l’héritage familial , ne cesse d'étoffer une gamme de produits de qualité. C’est ensuite sa fille Perrinne, représentatrice de la quatrième génération de l’entreprise familiale, qui projette d’en prendre la direction. L’héritage du savoir-faire est donc une affaire de famille, mais qui s’étend à différents acteurs partageant les mêmes valeurs : La conserverie compte aujourd’hui une cinquante d’intervenants à l’année – et ce chiffre double en période de récolte et de transformation, de fin juillet à début octobre. C'est la passion de la terre et de la tomate qui réunis dans un esprit de convivialité et de partage, toute cette belle équipe à l'accent chantant.

 

Une production locale pour un produit de qualité

La conserverie Louis Martin connaît aujourd’hui un bel accomplissement, ainsi qu’une croissance constante. Pour des raisons écologiques, économiques et sociales, elle choisit de s'approvisionner à moins de 100km de son lieu de transformation. Ecologique car elle réduit au maximum l'impact carbone de ses transporteurs en camions ; économique et sociale car elle propose des emplois aux producteurs locaux. La conserverie se rend chez le producteur afin de récolter les tomates en bord de champ : Le secret de la qualité et de la saveur de leurs produits ? Le combot proximité et rapidité de la transformation. Les tomates cueillies le matin sont reconditionnées l’après-midi même, pour conserver toute leur fraîcheur et leur goût naturellement sucré.

La conserverie s’investit également corps et âme dans le développement durable : l'ensemble des déchets végétaux issus du traitement des tomates fraîches en saison sont récupérés soit pour en faire du compost, soit pour l'alimentation animale, ainsi que les boues issues de la station de traitement des eaux suivent un plan d'épandage et sont utilisées comme fertilisant dans les champs des producteurs de tomates.

  

Des objectifs ambitieux, à faire rougir la concurrence étrangère

La conserverie est encore aujourd’hui en lutte avec les gros bras des transformateurs internationaux (notamment la Chine, dont la France importe beaucoup de concentré de tomates conventionnel). Une vraie bataille est lancée. En 2017, grâce au partenariat avec Biocoop, la production s'élevait à 250T de tomates fraiches 100% bios et L'activité saisonnière s’élève aujourd’hui à 4 000 tonnes de tomates fraiches 100% bios. Objectif en 2021 : augmenter ce chiffre à 5 voire 6 000 tonnes. Un objectif impensable sans le soutien de la coopérative. Des chiffres en croissance donc, pour une promotion de la bio qui fait du bien et qui comble les palais des consommateurs gourmands.

Pour pallier le problème du mildiou s’attaquant aux cultures, la conserverie Louis Martin effectue des tests, presque tous les ans, sur de nouvelles variétés de tomates et observe leurs résistances aux conditions de cultures. Certaines tomates – notamment celles de la variété de la « roma » –, par un petit coup de pouce magique (bon d’accord, par les progrès de la science, en réalité…), suite à un processus d’hybridation, deviennent méga-résistantes pour arriver pleinement à maturité et se destiner à devenir des produits dérivés qui ne se contente que de l’essentiel : Les produits de chez Louis Martin, c’est de la tomate, et c’est tout ! Tomates broyées, concassées, pelées… Les processus sont différents, mais tous aboutissent à un résultat sans additif et sans conservateur ! Et ce processus naturel ne diminue pas la durée de consommation du produit, que demander de plus…

 

Le projet de relocalisation de la tomate plein champ en France est donc une belle réussite. Souvent qualifiée « d’or rouge », nous vous livrons les secrets des origines et des bienfaits de ce légume-fruit qui a vu le jour à l’autre bout de la planète…

 

Seriez-vous incollable sur la tomate et son coulis ?

On remonte le temps, à la conquête du Nouveau Monde…

Nos belles tomates sont un des trésors que l’on doit à ce cher Christophe Colomb. Comme on le sait, il a ramené en Europe plein de produits délicieux, dont elles faisaient partie. Originaires du Pérou, elles se sont ensuite étendues au Mexique. C’est au XVIème siècle que les Espagnols leurs font traverser l’Atlantique. Alors que nos voisins les Italiens les adoptent dans leur gastronomie , en France en revanche, on les utilisa longtemps comme un simple élément d'ornement décoratif pour nos compositions florales, sans la consommer… Cependant la tomate n’a pas de quoi rougir (hihi)

 

Les bienfaits de la tomate sans prise de grappe !

Comme tous les fruits, la tomate (si elle est consommée bio !!!) apporte de nombreux nutriments et vitamines : Riche en fibres, elle permet une bonne digestion et un bon transit intestinal. Côté vitamines, la tomate excelle sur tous les tableaux : Elle est riche en vitamine C, qui permet de lutter contre le vieillissement cellulaire et qui a un effet déstressant et défatiguant sur le long terme ; en vitamine A, qui aide à prendre soin de nos yeux ; en vitamine K, qui a des vertus coagulantes et permet de prévenir des hémorragies. Enfin, elle tire une autre carte de son jeu avec sa bonne teneur en vitamine B9, qui joue un rôle important dans la formation des globules rouges et dans la défense de notre système nerveux et immunitaire.

Ensuite, la tomate est un aliment anti-cancers ! Vous vous demandiez (peut-être) d’où lui venait sa jolie couleur rouge vif, qui lui donne un air si gai ? Cela est en fait dû à sa teneur en lycopène, qui est un antioxydant de teinte rouge, qui permet de lutter contre les maladies dégénératives et contre certains cancers, notamment les cancers du sein, de l’estomac, ou encore de la prostate et du côlon. Il permet aussi de contrôler la glycémie et de lutter contre le diabète, notamment le diabète de type 2, et protège donc notre santé artérielle par la même occasion. Aussi, la teneur en lycopène et son effet protecteur augmente de manière proportionnelle à sa concentration. Ainsi, les aliments sont de meilleurs protecteurs contre les maladies sous leur forme concentrée : On compte, pour 100g, 2,573 µg de lycopène pour la tomate crue (ce qui est déjà beaucoup !), contre… 28, 764 µg pour sa version concentrée (comme le coulis, par exemple !) Et quand on sait qu'il y a une vraie recherche sur la qualité des saveurs du produit, on apprécie d'autant plus ses saveurs sublimées et ses bienfaits sur la santé !

 

Le coulis de tomates au coeur de l'assiette

Chez Rutabago, pour vous faire découvrir le meilleur de ce produit d'exception, nous l'avons décliné en deux éléments centraux de notre  recette de petits flans tomate-mozzarella, un mariage de saveurs qui n’a aucune ombre à son palmarès ! Le goût légèrement sucré du coulis de tomate s’accorde parfaitement avec la douceur de la mozzarella dans cette recette légère, accompagné du condiment de tomates qui renforce le goût de celle-ci dans l'assiette. Délicieuse et facile à faire, elle nous inspire une touche d’été en mettant à l’honneur un produit 100% bio et 100% français (youhou !).



La recette est dispo juste - ICI -


Pssst… Et ce qui est bien avec un coulis de tomate, c’est qu’on peut le consommer toute l’année, grâce à sa bonne durée de conservation !  ;-)


Buon appetito !