Tendance de mode, ou tendance structurelle ? Depuis quelques années, la consommation de viande tend à diminuer en Europe et plus généralement dans les pays développés. A l’inverse, celle-ci augmente dans les pays en voie de développement.

En France, nous consommons en moyenne 89 kg / an par personne. Soit deux fois plus que ce que nos grands-parents consommaient à leur époque.

Dans le monde, la production de viande a été multipliée par 5 depuis le milieu du XXème siècle et c’est environ 65 milliards d’animaux qui sont tués chaque année pour notre consommation alimentaire (sondage 2011).

 

Au delà des raisons éthiques et de bien-être animal qui poussent un grand nombre de personnes à se tourner vers le végétarisme, plusieurs raisons environnementales pèsent également dans la balance.

Afin de vous aider à vous faire votre propre avis sur la question, on a recensé quelques arguments “pour” et “contre” arrêter de manger de la viande pour sauver la planète ;-)

 

Pour : végétaliser totalement son assiette, c’est mieux pour l’environnement !

 

Nous sommes chaque jour de plus en plus nombreux sur la planète. Dans un rapport de juin 2017, l’ONU estimait que nous serions 9,8 milliards d’êtres humains en 2050, et plus de 11 milliards en 2100. Autant de bouches à nourrir ...

 

Pour les défenseurs du végétalisme, il est donc plus que nécessaire de changer notre façon de nous nourrir dès à présent. En effet, les animaux que nous consommons sont de mauvais convertisseurs de protéines. Pour produire 1kg de protéines animales, il faut 3kg de protéines végétales. Ces protéines végétales pourraient être directement consommées par les êtres humains. Concrètement, cela signifie qu’à date, seulement 1/3 des protéines végétales qui sont produites sur la planète servent à nourrir les hommes.

En Europe, plus de 280 Mt de céréales sont utilisées chaque année, dont 173 Mt servant pour l’alimentation animale. Pourquoi ne pas utiliser directement ces 173 Mt pour l’alimentation humaine ?

 

Par ailleurs, produire de la viande, cela nécessite beaucoup d’eau ! Si l’on prend en considération l’eau douce ainsi que l’eau polluée utilisée dans les procédés de production, il faut 4 100 litres d’eau pour produire 1kg de protéines végétales issues de légumineuses, contre 10 300 litres pour les protéines animales provenant de cochon par exemple (source : Mekonnen and Hoekstra, 2012). Ne peut-on pas utiliser cette ressource en eau à des fins plus utiles, directement pour abreuver les populations ou encore pour faire pousser davantage de légumineuses, céréales ou légumes destinés à la consommation humaine ?

 

Enfin, arrêter de consommer de la viande, c’est aussi réduire son empreinte carbone. En effet, d’après les Nationes Unies, l’élevage dans sa globalité serait source de 14,5% des Gaz à Effet de Serre. C’est davantage que l’impact des transports...

Lorsque l’on regarde l’origine des Gaz à Effet de Serre induits par la production agricole, 63% proviennent de la fermentation entérique et du fumier (dépôt sur les paturâges et traitement du fumier), toujours d’après les Nations Unies. L’élevage a donc un véritable impact négatif sur l’environnement.

 

Pour certains, l’alternative est claire : arrêter de consommer de la viande et se tourner vers une offre végétarienne ou végétalienne. Pour d’autres cependant, l’important est de faire baisser à l’échelle mondiale la consommation de viande, donc à chacun de prendre sa part de l’effort mais il pourrait être réparti.

 

Contre : diminuer sa consommation de viande, oui, mais surtout mieux la consommer !

 

Si la majorité des personnes sont conscientes des impacts négatifs de l’élevage intensif sur l’envrionnement, certains prônent une dimunition de la consommation de viande, plutôt qu’un arrêt total.

 

Leurs arguments résident essentiellement dans le fait qu’il est possible de produire de la viande en petite quantité, tout en respectant l’environnement. L’herbe qui est indigeste pour l’homme, peut être utilisée pour nourrir les bêtes. Cela suppose donc que l’élevage intensif tel qu’il est aujourd’hui n’est pas viable. Ils pronent ainsi un élevage de plein air, respectueux des animaux et à plus petite échelle. Cela ne peut donc se faire qu’en diminuant la quantité de viande que l’on consomme. Consommer moins mais mieux ;-)

Par ailleurs, les prairies stockent du carbone et protégent l’eau, l’élevage à petite échelle permet leur entretien.

 

Enfin, certains avancent qu’il est vain d’arrêter totalement de manger de la viande sans qu’il y ait un accompagnement des politiques à ce sujet. Car la baisse de la consommation de viande induite par les végétaliens d’une région du Monde peut être compensée par l’export vers une autre région. Il est donc nécessaire pour eux, que les politiques se sentent concernées par la question avant que l’arrêt total de la consommation de viande par les individus ait un impact sur l’environnement.  

 

Dans tous les cas, les avis se rejoignent sur le fait que l’élevage intensif n’est pas un modèle soutenable pour notre planète. La croissance qu’il engendre ne respecte rien, sauf les profits des industriels qui le soutiennent.

 

 

Quelles sont les astuces et solutions pour diminuer/arrêter sa consommation de viande ?

 

Passer à un régime végétarien ou végétalien doit se faire en douceur pour une transition réussie. Le plus important est de vous sentir à l’aise dans cette démarche.

Vous pouvez commencer tout d’abord en réduisant les quantités de viande et de poisson dans votre alimentation, lors de chaque repas. Attention à ne pas compenser en mangeant plus de fromages, cela n’est pas bon pour la santé et si votre démarche s’inscrit dans une volonté de diminuer votre empreinte écologique, sachez que l’industrie laitière intensive n’est pas non plus reconnue pour ses bienfaits sur l’environnement.

Une autre astuce est de vous prévoir un, deux ou trois jours dans la semaine “sans viande”.

 

Puis, pour aller plus loin, vous pouvez adopter un mode alimentaire dit “flexitarien”. Cette pratique alimentaire désigne les personnes qui sont à 80% du temps végétariens et le reste du temps omnivores. Par exemple, certains individus ne mangent plus de viande chez eux mais s’octroient un steak ou du poisson lorsqu’ils vont au restaurant.

 

Enfin, l’adoption d’un régime végétarien ou végétalien est également une solution. Pour commencer facilement une alimentation végétarienne équilibrée et gourmande, vous pouvez essayer nos box-repas 100% bio végétariennes. Nous vous avons également rédigé un article présentant 5 recettes végétariennes expresses.

 

Dans tous les cas, la diminution de la part de viande dans votre alimentation doit être compensée par d’autres aliments (légumes, céréales, légumineuses, algues ...) qui vous apporteront les nutriments nécessaires et qui vous éviteront les carences. Pour cela, il vous faut donc vous renseigner, vous pouvez par exemple rencontrer des professionnels de la nutrition. Notre partenaire SmarDiet, réseau de diététiciens-nutritionnistes, sera ravi de répondre à vos questions.